Le projet Vérité

15 janvier 2017

Introduction au projet Vérité

Le projet Vérité


Les règles du jeu de la vie, collection encyclopédique et artistique


La Vérité, loin d’être une connaissance, un savoir objectif à posséder qui délivrerait de l’ignorance, est un état d’Etre, totalement subjectif, intransmissible, propre à chacun, et neuf à chaque instant. La Vérité est un flux, un fil lumineux à tenir au sein de l’univers chaotique, c’est la voie, le sens qui conduit à la réalisation du monde tel qu’il existe déjà dans sa plus pure potentialité.
Accéder à la vérité est donc une quête de l’état de vivre vrai, en harmonie avec les lois de l’univers les plus subtiles, dans le sens de son déploiement, de sa propre création dont nous somme partie intégrante.
L’état de Vérité procure la pleine félicité et nous transforme en ce que nous pouvons être de plus beau.
Loin d’être un acquis, cet état de Vérité nous coûte de faire preuve à chaque instant des qualités humaines les plus nobles, guidée par une lucidité à toute épreuve, car ces dernières sont nombreuses et sans fin. 
La Vérité n’est en aucun cas un droit ni un devoir et ne peut se prévaloir d’aucun sens moral. Il serait plus juste de dire que la Vie véritable n’existe que dans l’état de Vérité.

Comment accéder à l’ état de Vérité

Cette question se pose bien sur différemment pour chacun, il n’y a pas d’égalité en la matière, mais des caractéristiques spécifiques qui nous en éloignent. C’est pourquoi on parlera d’un chemin à parcourir, d’un jardin à cultiver ou encore de voiles d’illusions à retirer. Toutes ces images poétiques ne rendent pas justice à la difficulté qui est la réalité de cette recherche. L’initiation semble être le concept le plus proche de l’expérience réelle car il regroupe les aspects d’effort, d’apprentissage, d’épreuves à surmonter et d’étapes successives qui vont constituer tout un corpus de vécu et d’attitudes dans l’être, jusqu’à ce que puisse advenir cette seconde naissance qu’est l’accès à la Vérité.
Bien évidemment, cet accès n’est en rien assuré, peu de personnes semblent y parvenir et bien moins encore s’y maintenir. L’ampleur de la tache est à la mesure du monde, infinie, et c’est pourquoi chercher la Vérité est un chemin vers un but qui se transformera lui même en chemin une fois atteint. Voila un exemple de paradoxe qu’il faudra profondément vivre pour accepter de dépasser une conception intellectuelle, virtuelle de la vie. Le chemin est donc également un déconditionnement, une purification de notre bagage intellectuel, philosophique mais également émotionnel, social, culturel, familial... Il ne s’agit pas de disparaitre, de s’appauvrir, mais de se dégager de vieilles entraves héritées de l’évolution du monde. La plante croit d’une graine dont elle se débarrasse de la coque. De la même manière, l’accès à la Vérité représente une mutation, une croissance, un déploiement et un aboutissement de l’être humain, en tant qu’individu et peut être un jour au fil de l’évolution, la Terre verra l’émergence d’une société post-humaine promouvant cette recherche et cet aboutissement comme le sens et le but de l'existence, ce qu’il est en Vérité.
Les structures de nos sociocultures n’ont pas été conçues avec pour but la conquête de vie vraie, mais dans des buts d’autres conquêtes, matérielles, territoriales, de pouvoirs individuels, de satisfactions émotionnelles et des désirs, de conquête intellectuelles et artistiques. Sur cette base que l’évolution a constituée, émerge chez certains individus cette recherche qui se fera toujours en avant-garde, en marge ou à contre courant. Représentant une percée hors du collectif, cette voie sera toujours individuelle, individualiste, avant de pouvoir peut-être un jour former de nouveaux collectifs ayant cet objectif comme valeur cardinale. Bien que la voie demande de démasquer les faux-semblants; les erreurs et les bassesses, il serait une erreur de s’attarder à les combattre, sauf en cas de nécessité, le but n’étant pas la conquête extérieure ni le prosélytisme, mais le changement intérieur et personnel, qui apportera de fait son lots de conséquences extérieures de part vos actions, vos attitudes, et par le fonctionnement des lois subtiles qui régissent l’univers.

Posté par Leprojetverite à 21:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 janvier 2017

Dans la lumière sublime

Dans la lumière sublime des non-pensées,
Astre pourfendant la voûte de verre,
Eclats de cristal en suspensions dans l’air,
Le temps qui passe n’a jamais existé.

Iris de l’Univers,
Vibrillonnant d’Eternité,
Révèle en son chant la matière
Qui n’a jamais existée.

Bulle emplie de néant,
Orgasme de l’Univers
Qu’en naissant et mourant
À chaque instant tu régénères.

Être, libre, n’est pas danse aisée,
En apesanteur sur un fil
que je tisse de mon coeur embrasé,
Funambule apatride, équilibre écartelé,

Avec pour seule architecture et mémoire
Le souvenir luminescent d’avant que je sois né.

-----------------------------------------------------

Mon ellipse est une ode à la patrie tant aimée
Qui n’a ni lieu ni temps, où tout est fusionné.

Mes frères solaires semblent avoir tout oublié.
A me voir tête en l’air, pieds de vent, rire et chanter,
Je rallumerai leurs yeux qui sont les miens et les Siens,
A me voir étoile filante, filant ainsi le lien qui surgit depuis l’autre côté.

Quelle acrobatie; quelle aventure risquée!
Sans n’avoir rien demandé
Je me suis retrouvé obliger d’aimer.

Longtemps j’ai refusé, rechigné, rejeté.
Rien n’était digne de là d’où je venais.
Et ce n’est qu’une fois mon coeur humain tout à fait brisé,
Que l’étoile d’or s’en est échappée.

Mon cerveau et mon coeur,
En mille morceaux éparpillés,
sont devenus les pétales
De ma conscience et de mon âme,

Lumière de la Lumière
Au sein du saint de l’Univers,
Sans début ni fin,
Jouant enfin le grand jeu.

-----------------------------------------------------

Evite les obstacles!
Ils sont là pour te faire chuter.
Et ils sont là pour te renforcer.

Que ta danse soit juste, précise et inspirée,
Que dans la transe de l'impersonnalité,
Se révèle la figure que la Liberté va t’imposer.

Obéis! Soumets-toi à la Liberté!
Ouvre grand tes bras, tu es déjà piégé!
Joue jusqu’au bout le jeu, de tout ton être embrasé!
Avant de disparaître, avant d’être effacé...

Eclat de bulle dans l’Univers,
Une bulle de néant emplit de sens
Ce qui n’existerait pas sans elle.

Tu es Ses yeux,
Et le monde sans toi ne saurait exister.
Tu es le sang,
Et sans lui les planètes cesseraient de tourner.
Tu n’es qu’un rêve
Qui donne corps à la Réalité.

Soutiens la douleur de la chair,
Le tintamarre des pensées,
Les rugissements des sentiments,
Les agressions autour de toi.

Ecarte-les! Faîtes place au roi
Qui viens en sa contrée
Offrir sa Liberté!

Ici il n’y a pas de tyran,
Il n’y a pas d’opprimés.
Qu’ils relèvent la tête et se voient tels qu’ils sont faits!

Chacun est de l’Univers le roi,
Esclave de la Liberté,
Serviteur de la Vérité,
Condamné à aimer ou à être piétiné.

Mais il faut aimer juste,
Juste aimer comme un humain n’est jamais assez.
Un coup de vent et c’est fini!
Ça n'avait d’ailleurs pas commencé...

Aimer c’est brûler, briller, se consumer,
En incarnant la substance qui perce mon coeur depuis l’autre côté.
Aimer c’est offrir, ouvrir, stopper, libérer.
Aimer c’est faire d’instant en instant triompher la Vérité.
Et donner corps à la patrie qui de nous nait.

Et ce corps qui pèse et qui pose dans notre réalité
Le fondement, l’outil, la trame de notre chant inspiré,
Est la branche, la corolle de la fleur ouverte
De la radiance immaculée.
Lumière qui donne le pas, le ton, le la
Au grand concert de notre oeuvre réalisée.

Les écailles sur leurs yeux ne résisteront pas à la Clarté.
Sois le soleil ici bas, que tous se joignent à toi
Dans le délice de ton action libérée,
Dans la polyphonie de nos chants unifiés,
Dans la douce présence de notre corps commun,
Dans le dialogue facetté de nos singularités.

Je me vois en toi
Je te vois en lui,
Je te vois en moi,
Je te vois au delà.
Je te vois et c’est toi qui te vois
Dans le corps de l’univers, fait de Lui,
Il se voit et tout est libéré.
Libre d’aimer.
Comme le sang de l’univers,
Libre d’irriguer d’un amour de Lumière
La chair de la matière.

-----------------------------------------------------

Posté par Leprojetverite à 19:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 janvier 2017

Dans la lumière sublime

 

 

Posté par Leprojetverite à 00:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 janvier 2017

Montagne sacrée

image

Posté par Leprojetverite à 21:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Transe-percée

Transpercé.
Transe, percée dans la conscience,
Dans les méandres de la chair: 
Histoire de l’Univers.
Pierre, végétal, le bestiaire
Et les lignées humaines.
Transpercé
Par le feu qui monte dans mon dos,
Par l’acide qui irrigue mes nerfs,
Par la pression qui tente de faire imploser mon squelette.
Dans l’immobilité du temps et du faire
Me prend le mouvement éternel
A travers moi il danse
Et en lui je fond comme la neige sur la langue.

 

Transe, percée au sein des mythologies, 
Des dieux et des monstres qui dépècent 
Mon cadavre et s’en repaissent.

Percée, transe dans la lumière, 
Collé contre la grille des limites de mes possibilités humaines.
Apercevant de l’autre côté, de loin, la source qui éclaire.
Je deviens vide, traversé par le vent
Je suis un cercle dont le creux 
Devient la pleine expérience de l’élan.
Transe, bercé par les éclats des esprits 
Qui dansent au ciel de l'atmosphère,
Taches de feu bleuté qui constellent la voute de mon ciel.
Les portes de la perception désormais passées
Les visions se feront au présent, les yeux grands ouverts. 
La vie, la vie, la vie!
Le coeur arraché, le coeur détaché,
Toute l'attention déployée,
Alors le miracle transperce la chair, 
Dans le mouvement de la transe perce le sens qui était caché.
Je vois!
Au dessus des hommes, la forme de leurs pensées.
Au dessus des villes, les dragons ailés
Tournent et veillent, gardent les réservoirs noirs
Qui contiennent la nourriture que vous leur avez livré,
Le suc de vos vies désorientées.
Transpercé, par les douleurs osseuses,
Qui préparent mon crâne et mon cou
à recevoir la descente de la conscience supérieure.
Percée, dans le mental du silence,
Au dessus du nuage où les pensées de parole opèrent,
Dans la lueur du matin, d’une aube fertile qui les génère.
Dans la paix et la fraicheur je perçois, 
Du haut du pic d’une montagne où je me tiens,
La mer des nuées qui remuent les desseins 
Des vies qui leurs sont asservies.
Et les intendants qui m’opèrent, 
Ont désormais le champ libre.
Préparant le terrain en râlant,
Jaloux et envieux de mon sort de mammifère 
Qui échappe à sa condition, au joug auxquels ils coopèrent.
Transpercés, par les corps étrangers de fumées,
Que je rejette et vomis depuis mes entrailles parasitées.
Brisant et éjectant les carapaces d’ombres qui m’entouraient,
Rompant le charme de tous ces parasites qui de moi s'étaient joués.
Transpercé, je vois ton âme dans ton regard, 
Derrière des yeux vitreux qui ornent ton teint blafard.
Je parle à tes guides qui de toi sont coupés,
Je les relie à la corde d’argent que tu as oublié d’aimer.
Je vois, tes ancêtres qui s’empilent derrière toi,
Que tu portes comme ta croix, 
Supplice de l'hérédité, ils pleurent par ta voix.
Transpercé, le mystère de la Terre,
Des esprits des éléments, du feu, de l’eau, de l’air,
Et leurs pendants obscurs que l’on connaît bien moins.
Ils sont là, ignorés, oubliés, indignés
Jusqu’au coeur de nos cités.
Transpercé le mythe de l’humain souverain, 
De l’homme moderne développé.
Et je reprends ma place, au sein de l’Univers,
Entre les atomes et le système solaire,
Ma pupille ressemble étrangement à une nébuleuse
Et mes veines aux racines du lierre.
Chacune de ces entités, chacune de ces parties du tout possède la conscience
Elles en sont même entièrement constituées.
Transe, percée hors de ma geôle, 
Hors de ma coque, je navigue en liberté,
En esprit je connais, je sais, je suis, je sens,
Je deviens chacun, chacune,
Je ne suis pas frère qu’avec les humains,
Mais avec chaque grain de la matière,
Du vivant et de l’éther.
Conscience planétaire,
Conscience du soleil, de la voie lactée,
De la Totalité, conscience de la lumière, 
et de la Lumière de la lumière,
Je voyage en liberté de ce côté de la réalité.
Alors, perçant les nuées,
Jet d’or pur en filigrane de chaque partie du Tout,
Silencieux et Total, transperce le Sacré.
Saisi, grave, adorant, le Monde son vêtement
n’ose plus blasphémer.
Les archétypes de l’Univers 
Remplacent leurs descendances de matières
Et prennent le service pour recevoir l’Hôte et lui baigner les pieds.
Chaque être a un genoux à Terre,
Et l’âme dans leur poitrine se serre, 
Attiré par la Chair de sa chair.
 
Absolu, intégral, vague d’une pure densité,
Prenant l’espace au sein du vide et du plein.
Sacré, Sacré, Sacré, trois fois Saint le Divin.
Transpercé par Lui,
Enfin je suis arrivé.

 

 

Posté par Leprojetverite à 21:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Transe-percée

 



Posté par Leprojetverite à 22:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 janvier 2017

La Fleur

image

Posté par Leprojetverite à 00:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juillet 2018

De la Terre des Vivants nous sommes les bâtisseurs et les gardiens.

"Texte et photographies de Allan, Le druide Corbeau Noir"

 

Ils ne voulaient pas « rêver leur vie » mais, vivre leurs rêves...

On leur disait : « Ce n'est pas possible, vous n'y arriverez pas, cela demande trop de moyens, de force, de patience, d'obstination...  Alors ils l'on fait ! »

Ils ont assemblé leur pensées, leurs idées, leur cœur, leurs bras, leur enthousiasme, leur compétence, leur conception du vrai, du juste, de l'accordé, du solidaire et du beau, ainsi que leurs plus vifs désirs, leurs plus ardentes volontés et ce sont attelés, jour après jour ; heure après heure, minute après minute, à cet ouvrage quelque peu titanesque et « fou » au regard de l'ordinaire et du banalisé de l'existence !

10 menhirs en tout (dont le plus lourd pèse presque quatre tonnes) ; 10 menhirs en schiste rouge extraits d'une carrière en Brocéliande la belle, neuf pour ceindre la circonférence et une table dolménique, au centre, pour l'offrande de joie, d'espérance, de don et de vie...

9 menhirs érigés au coeur d'un sanctuaire de paix et de plénitude ; neuf répartis équitablement au sein d'une aire où chaque monument est en relation étroite, savante et aimante avec l'Univers tout entier, avec les éléments et les règnes, avec les points cardinaux, avec la carte du ciel, avec les signaires, les symboles et ce grâce à des ordonnancements rigoureux dictés et conduits par la géométrie sacrée...

Neuf pierre dressées, érigées vers l'azur et la danse des étoiles ; neuf pour dire l'homme et la femme « debouts », élancés comme un arbre dans la verticalité du Souffle et du Verbe qui transcende tout être et toute chose qui se veulent être pénétrés de Forces, d'Energies et de Lumières... 
De ces Forces, Energies et Lumières, vibrantes, ondulatoires, mouvantes et émouvantes, émanées de ce qui « Fût, Est et Sera », de Cela qui ne saurait être nommé si ce n'est murmuré, chuchoté, dans le cœur enspiralé des offrants et des orants assemblés en tout entendement au sein du sein de cette prodigue, féconde et généreuse Matrice appelée Terre, mais aussi « Mère »...

Au sein de l'espace-temps, il est un lieu élu, un domaine choisi, afin de rendre hommage aux Hommes et Femmes de la très ancienne Armorique qui ont empreint ce sol de leurs rêves, de leur sueur, de leur sang, de leur vie, façonnant ainsi un paysage à l'image de leurs aspirations, espérances et croyances...

Ce lieu se veut être en correspondance avec tous les hauts lieux sacrés de la Terre et un minéral présent offert à cette « Mère » qui est nôtre pour dire et redire notre « Mercy », notre « Gratitude » pour tous les dons dispensées par une Nature généreuse, pourvoyeuse et merveilleuse qui nous enchante et réenchante au rythme des saisons...

Ce n'est pas sans grande émotion que nous réalisons un tel « monumental » ouvrage car, œuvrant dans l'Esprit des Grands Anciens, refaisant les gestes qui furent les leurs, utilisant les techniques et méthodes qui furent aussi celles qu'ils employèrent pour de telles édifications, confrontés aux mêmes difficultés, conscients des risques et des dangers encourus par manque de vigilance, d'attention ou par une défaillance du matériel ou encore une erreur d'appréciation, nous nous sentons proches d'eux et de ce qui les animait... 

Nous nous sentons alors au cœur d'une fraternité de désir, de compréhension mutuelle et de joie qui transcende toute notion de distance dans le temps et l'espace...

Saint Poul Roux, le Poète, le Magnifique, tombé amoureux de la Bretagne, disait que nos lointains Ancêtres ne disposant pas, lors, de l'écriture, avaient trempé de grosses pierres dans l'encrier de la Terre, afin d'offrir à celle-ci le poème devenu immuable de leur Vie.... 

 

   Cela aussi est notre commUne « offrande » !...

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 116pm.jpg

Micka  Architecte et géomètre de l'édification


Brocéliande Menhir Juin 2018 119pm.jpg


Brocéliande Menhir Juin 2018 120pm.jpg

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 121pm.jpg


Brocéliande Menhir Juin 2018 124pm.jpg


Brocéliande Menhir Juin 2018 126pm.jpg

 Alex  Initiateur et Concepteur du Projet

 

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 127pm.jpg

 


Brocéliande Menhir Juin 2018 133pm.jpg

 

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 134pm.jpg

 


Brocéliande Menhir Juin 2018 137pm.jpg

 


Brocéliande Menhir Juin 2018 138pm.jpg

 

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 139pm.jpg

 


Brocéliande Menhir Juin 2018 151pm.jpg

 


Brocéliande Menhir Juin 2018 153pm.jpg

 

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 154pm.jpg

 


Brocéliande Menhir Juin 2018 159pm.jpg

 


Brocéliande Menhir Juin 2018 162pm.jpg

 

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 163pm.jpg

 


Brocéliande Menhir Juin 2018 164pm.jpg

 


Brocéliande Menhir Juin 2018 167pm.jpg

 

 

 Brocéliande Menhir Juin 2018 174pm.jpg

 


Brocéliande Menhir Juin 2018 175pm.jpg

 


Brocéliande Menhir Juin 2018 176pm.jpg

 

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 178pm.jpg

 


Brocéliande Menhir Juin 2018 179pm.jpg

 


Brocéliande Menhir Juin 2018 180pm.jpg

 

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 183pm.jpg

 

  
Brocéliande Menhir Juin 2018 187pm.jpg

 

 
Brocéliande Menhir Juin 2018 208pm.jpg

 

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 212pm.jpg

 


Brocéliande Menhir Juin 2018 214pm.jpg

 


Brocéliande Menhir Juin 2018 215pm.jpg

 

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 216pm.jpg

 


Brocéliande Menhir Juin 2018 221pm.jpg

 

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 220pm.jpg

 

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 222pm.jpg

 


Brocéliande Menhir Juin 2018 223pm.jpg

 


Brocéliande Menhir Juin 2018 224pm.jpg

 

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 230pm.jpg

 

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 233pm.jpg

 

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 234pm.jpg

 


Brocéliande Menhir Juin 2018 235pm.jpg

 

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 238pm.jpg

 

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 248pm.jpg

 

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 253pm.jpg

 

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 256pm.jpg

 

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 259pm.jpg

 

 

Brocéliande Menhir Juin 2018 261pm.jpg

 

 

 

 

 

Un très très grand merci à tous ceux et à toutes celles qui nous ont apporté leur précieux concours pour mener à bien un tel défi...

(A suivre...)

 

Posté par Leprojetverite à 20:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]